Au nom de la vérité de mon histoire vraie qui a basculé près de chez vous

200511299_004Je viens de finir mon premier scénario pour la scripted-reality.

La scripted-quoi ?

Mais si, vous savez, le truc que vous regardez un peu honteusement à la télévision. Les romans-photos version deux point zéro dont toutes les chaînes sont si friandes. Les performances d’acteurs qui font passer les comédiens d’« Hélène et les garçons » pour des disciples de Stanislavski. Ces fictions low-cost qui sont financées grâce à vos impôts. Si si, ça s’appelle l’aide à la création française ! C’est ça la scripted-reality.

Alors, c’est l’histoire de Tom qui aime Belinda mais qui n’ose pas s’engager parce qu’il porte un lourd secret et que les fantômes du passé l’empêchent d’avancer alors que Belinda s’abandonne dans les bras de Pierre, le meilleur ami de Tom parce qu’elle ne comprend pas la froideur de Tom et que après plein de rebondissements, tous aussi crédibles les uns que les autres, Tom et Belinda finissent par se rendre compte qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre parce que de toute façon Pierre est une crapule qui profite de la faiblesses des autres et qu’il a toujours été jaloux de Tom.

Vous avez suivi ? Bon, prenez vos stylos, il y a interro écrite. Et ce sera un zéro pointé pour ceux qui ont loupé un épisode.

Voilà, je me suis bien amusée.

 

Les dialogues, c’est pas du Audiard, mais j’ai quand même réussi à glisser quelques âneries. On ne se refait pas. Quant aux situations, elles ne sont jamais caricaturales. Non, non, non. Ou alors juste un peu. Priorité est donnée à la créativité de l’auteur. Ca c’est un point essentiel :

–       A la page 13, tu pourrais m’écrire une scène où Belinda irait se promener avec sa meilleure amie Justine. Tu vois ?

–       Pour quelle raison ?

–       Parce que ça fait 3 pages qu’on les a plus vues.

–       Et ?

–       Comme on n’a pas assez de budget pour avoir beaucoup de comédiens, autant bien les rentabiliser !

–       Oui mais bon, elles n’ont rien à se dire là. Il va se passer quoi ?

–       Tu vas bien trouver…

Voyons, je ne sais pas moi. Elles pourraient aller faire des courses, parce qu’elles n’auraient plus de papier toilette à la maison ? Ou alors on dirait qu’elles ont rendez-vous avec leur conseiller Pôle Emploi ? Ah mais non, je suis bête : dans la vraie vie, les gens ne font jamais ça.

Du coup, j’ai cherché autre chose. Et j’ai bien ri.

 

Il y a aussi le « directeur de collection » qui t’appelle pour t’aider à redéfinir tes personnages. Vous vous demandez, c’est quoi « rédéfinir les personnages » ? Eh bien, c’est ça :

–       Est-ce qu’on pourrait pas imaginer un autre métier pour Tom ? On n’a pas assez de profils CSP moins. C’est une demande expresse de la chaîne.

–       …si c’est une demande de la chaîne !

–       Faut pas être trop élitiste.

–       Pizzaïolo ?

–       Oui voilà, c’est nickel. Pense aussi à la diversité ethnique. La chaîne voudrait qu’on « leur » donne des rôles principaux.

–       Ah okay ! Tom pourrait s’appelle Abdoulaye ou Mokhtar par exemple ?

–       Faut pas exagérer quand même ! Tu ne pourrais pas voir pour un prénom un peu moins… enfin un peu plus… tu comprends ?

–       Mmmm !

–       … bon enfin, tu vas trouver.

Bref j’ai trouvé. Et ça m’a encore fait ricaner.

 

Bon voilà. Tout ça pour vous dire qu’un de ces jours, quand vous materez en loucedé un épisode d’Au nom de la vérité de mon histoire vraie qui a basculé près de chez vous ce sera peut-être moi la coupable. Et le pire c’est que je compte bien récidiver.

Je ne suis pas sûre que ce soit aussi intéressant à regarder qu’à écrire. Mais en tous les cas, moi… je me suis drôlement marrée.

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Comment tu dors, Asma ?

Elle est bien jolie Asma. Un visage d’ange encadré de boucles enjouées, un regard caressant, le sourire lumineux de celles qui croquent la vie à pleine dents. Disons-le tout net,  Asma a tout de la bonne copine avec laquelle on rêve de partager une après-midi shopping. Une invitée incontournable pour une soirée entre filles : cupcakes aux couleurs acidulées, potins croustillants et vodka-cranberries à volonté. Qu’il doit être bon de glousser avec Asma. D’échanger son babyliss ou une bonne adresse pour une french manucure.

Elle a l’air douce Asma. On l’imagine en mère parfaite, protectrice et joyeuse. Asma à quatre pattes en train de faire un mille bornes avec ses rejetons. Asma susurrant de sa voix de miel des histoires prodigieuses où les fées gagnent toujours à la fin.

Je pense souvent à elle en ce moment… et je me demande : comment tu dors, Asma ?

Ca hurle, ça pleure, ça saigne, ça trépasse à Homs, Houla, Deraa ou Hama. Hommes, femmes, enfants, vieillards… dans une indifférence glaciale, les cadavres s’entassent autour de toi. Tu ne les vois pas mais tu le sais. Tu les sens. Comment tu dors, Asma ?

Je ne peux pas m’empêcher de penser à la dernière chose que tu fais le soir avant de t’endormir. Un petit bisou sur le front de Bachar ? Une caresse dans ses cheveux ? Un regard attendri ? Que se passe-t-il dans la pénombre de votre chambre ? Comment tu dors, Asma ?

A quoi tu penses quand le silence enveloppe la pièce ? Comment se blottir dans les bras de celui qui torture et massacre ? Que lis-tu dans ses yeux ? Ton amour pour lui couvre-t-il les cris des gamins qu’on exécute ? Quelle drogue pour oublier que le père que tu as choisi pour tes enfants a les mains couvertes de sang ? Les draps de soie glissent-ils sur toi comme l’annonce d’une nouvelle tuerie ? Comment tu dors ?

Tout va prendre fin. Cette valse avec Bachar n’a qu’un temps, et tu l’as déjà compris. Tu as perdu. Demain ou l’année prochaine. Toi la « Rose du désert », tu es à l’aube d’une grande traversée. Tu as perdu. Tu as mêlé ton sang et ton destin à celui d’un tyran. Dans un silence assourdissant, tu partages la couche d’un assassin.

Comment tu dors, Asma ?

Publié dans Uncategorized | 10 commentaires

Binationale, et je t’emmerde

Je viens de recevoir mon second passeport. Je suis ce qu’on appelle une binationale. Ca vous pose un problème ?

J’ai toujours eu deux nationalités parce que née à l’étranger de parents eux-mêmes binationaux. Je vis en France depuis l’âge de 12 ans avec des papiers français. Exclusivement français. Jusqu’à ce matin. Maintenant j’ai deux passeports.

Pendant toutes ces années, je n’ai jamais ressenti le besoin de demander un second jeu de papiers, j’étais française, point. La question ne se posait ni pour moi ni pour mon entourage. Vous m’auriez demandé ma nationalité, il y a encore 6 mois, je vous aurais répondu : française. Une évidence. Lorsque je voyage à l’étranger je me présente toujours comme française. J’aime Paris, le pot-au-feu, les côtes sauvages de Bretagne, Proust, Zola et Maupassant, le Pommard, la garrigue provençale, le foie gras et le cinéma français.

Et puis un jour, le doute est apparu.

La première alerte, c’était il y a quelques années. J’ai du renouveler mon passeport  et ma carte d’identité en même temps. Et là, on m’a dit Non. « Ce n‘est pas si simple que ça ma petite dame, vous devez prouver que vous êtes bien française ».

Tout d’abord, mettons les choses au point : je ne suis la petite dame de personne, que ce soit clair. Ensuite, d’où sort cette idée que je devrais prouver quelque chose ? S’en suit un dialogue kafkaïen :

– Je suis française, regardez mon passeport et ma carte d’identité
– Ils sont périmés
– Je le sais bien puisque je suis là pour les refaire
– Il me faut une preuve de votre nationalité
– Mon permis de conduire, peut-être ?
– Ce n’est pas une pièce d’identité…Vous êtes née à l’étranger
– Oui, je suis au courant
– Où est votre certificat de naturalisation ?
– Je n’en ai pas pour la bonne et simple raison que je n’ai pas été naturalisée. Je suis née française.
– Prouvez-le…

Voilà comment je me suis retrouvée à devoir justifier de quelque chose qui jusqu’alors était une évidence. Un fait que personne n’avait songé à remettre en question.

Alors, comment prouve-t-on sa nationalité ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? Moi, c’était la première fois. Première étape, remplir un formulaire à choix multiples.

Vous êtes :Naturalisé(e)

Réponse : Non, j’ai déjà expliqué pourquoi

Né(e) en France de parents étrangers

Réponse : Non, je ne suis pas née en France

Né(e) à l’étranger de parents français

Réponse : … de parents binationaux

Le verdict de la gentille dame de l’état civil derrière son guichet : « Ah mais alors, vous n’êtes pas française ! ».

C’est à ce moment précis que je regarde partout dans le bureau de ma petite mairie de quartier à la recherche d’une caméra cachée. Rien. Je tente de conserver mon calme et reprends tout depuis le début : « blabla blablabla bla bla blabla ». Réponse : « Mais non ma petite dame (encore !), il y a trois cases, si vous n’êtes dans aucune de ces situations, vous n’êtes pas française »

Mais la préposée a une solution : « Vous êtes mariée, n’est-ce pas ?» Oui. « Alors, me dit-elle, vous pouvez faire une demande pour acquérir la nationalité française puisque votre mari est français ». Les bras m’en tombent. C’est Non Non et Non. Plutôt crever. Il est hors de question de demander une naturalisation par mariage. JE SUIS française. Je suis née française, j’ai fais mes études en France, j’ai eu des enfants français en France, je paie mes impôts en France. Je suis française.

Passons rapidement sur les semaines qui ont suivi, pendant lesquelles j’ai dû me déplacer, me bagarrer, me justifier, menacer, fournir tous les papiers en possession de ma famille depuis l’ère précambrienne. Et même avant.

Arrêtons-nous un instant sur un détail, qui n’en est pas un : physiquement je ne fais pas peur. J’entends par là que je ressemble à une gauloise. Je ne suis pas bronzée, mes cheveux ne sont pas crépus, mes yeux ne sont pas bridés, mon nez n’est pas épaté. Dans mon combat pour obtenir les précieux sésames, j’y ai songé bien sûr. J’ai fini par avoir gain de cause, mais que ce serait-il passé si j’étais née à Tunis, Phnom Penh ou Kinshasa ?

A la même époque, je l’ignorais, de nombreuses personnes étaient dans le même cas que moi. Des descendants de juifs polonais venus se réfugier en France pour fuir la barbarie. Des franco-algériens nés avant l’indépendance de l’Algérie en 62… Des témoignages diffusés dans la presse m’ont appris que certains binationaux, comme moi, avaient passé de nombreux mois sans aucun papier. Assignés à résidence faute de passeport, ils étaient dans l’incapacité de quitter le territoire. Certains d’entre eux ont du faire appel aux services d’un avocat. D’autres ont jeté l’éponge et redemandé des papiers dans leur « second » pays.

Je pensais être tombée sur une fonctionnaire faisant de l’excès de zèle. J’avais tort. Deux ou trois ans plus tard, j’ai découvert que le problème était plus vaste. Le gouvernement français s’inquiète. Attention à ne pas se laisser envahir par des cohortes de binationaux assoiffés de sang et de prestations sociales.

Depuis cette époque, la question des binationaux revient régulièrement sur le tapis. J’y pense. Que se passera-t-il lorsque mon passeport viendra à expiration ? C’est reparti pour un tour ? Encore se justifier ? Encore prouver ? Je ne suis pas une vraie française ? Une française à moitié peut-être ?

Au printemps 2011, les binationaux refont la une des journaux. Quotas dans le football. proposition d’amendement, par Lionnel Luca, stipulant que « l’acquisition de la nationalité française est subordonnée à la répudiation de toute autre nationalité ». Sorties médiatiques d’Eric Zemmour qui affirme dans ONPC « Je suis contre par principe la binationalité (…) Je pense qu’il y une hiérarchie dans un pays ». La candidature d’une Franco-Norvégienne pour 2012 fait couler beaucoup d’encre également. Et le secrétaire d’Etat Thierry Mariani de suggérer la création d’un registre des doubles nationaux. Dans l’hypothèse où la France serait « un jour mêlée à un conflit interétatique ». Et pourquoi pas un serment d’allégeance aux armes de la France pendant qu’on y est ?

Houlà houlà, on se calme. Quel est le problème ? La perspective d’un conflit armé entre la France et le Luxembourg ? Un afflux de footballeurs australiens ? Qui veut la peau des binationaux ? Et pourquoi ? La proximité des élections présidentielles peut-elle expliquer cette mobilisation ? Ca non, vraiment, je ne peux pas le croire.

Mais de quels binationaux parle-t-on ? Tous ? Ou certains davantage binationaux que d’autres ? Les Franco-Américains devront-ils répudier leur nationalité américaine ? Carla Bruni, Franco-Italienne sera-t-elle contrainte de signer le registre de Thierry Mariani ? Cette éventuelle limitation, voire suppression, de la double nationalité vise-t-elle les Franco-Suisses ? Suis-je moi-même une menace pour la société française ?

Ou s’agit-il plus précisément des Franco-Maghrébiens ? Des Franco-SubSahariens ? Voire des Franco-Musulmans ? Et oui, tout est possible. Toi aussi imagine ton « Franco-QuelqueChose ».

« Binationaux », avouons que le terme est plus élégant. Le paquet est plus joliment emballé. Discrimination ? Xénophobie ? Stigmatisation ? Que nenni, bi-na-tio-naux !

Alors voilà. Moi aussi j’ai deux nationalités, comme 4 à 5 millions d’autres français. La mienne n’est pas très exotique et je ne suis pas directement visée par ces mesures à l’étude et autres effets d’annonce. Mais peu importe. Il ne fallait pas jouer au con.  Il y aurait un problème avec les binationaux ?… je suis concernée. La France on l’aime ou on la quitte. Fort bien, moi c’est pareil. Vous ne m’aimez pas, je me barre. La France m’a payé des études, ma famille et moi-même avons pu nous soigner aux frais du contribuable, de mon côté je participe à l’économie du pays, je m’acquitte de mes impôts, mes enfants paieront pour vos retraites… mais si je ne suis pas suffisamment française pour vous, ça peut s’arranger. Il n’y a pas grand chose qui me retient dans un pays qui hiérarchise de la sorte ses citoyens.

Pour la première fois depuis mes 12 ans, je me suis rapprochée de l’ambassade de mon « deuxième pays ». Au service de la nationalité j’ai expliqué le sens de ma démarche. Pour la première fois depuis mes 12 ans, j’ai ressenti le besoin de clamer que j’avais une seconde nationalité.  Et que ce n’était pas grave. Comme Joséphine Baker, j’ai deux amours. J’ai deux pays. J’ai deux cultures. Et c’est tout sauf un problème. C’est une richesse.

Publié dans Uncategorized | 6 commentaires